Elections Locales : L’opposition en position de faiblesse malgré leurs évolutions

Malgré la progression de l’opposition et la montée en puissance du leader du parti les Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef), la coalition Benno Bokk Yakaar a toutes les chances de conserver son avance de 2014 dans les prochaines élections locales même si de grosses pertes sont prévues dans la capitale et ses environs. Selon plusieurs sources concordantes, le président de la République reste encore populaire dans plusieurs villes du pays. Les réalisations du PUDC , du PUMA ,de PROMOVILLES et du Programme National des Bourses de Sécurité Familiale sont passées par là.

Malgré les évènements du mois de mars qui ont touché Macky Sall et son régime mais cela n’a pas fait coulé de bateau des marrons-beiges ; il a vacillé mais il n’a pas coulé. Et selon des observateurs avertis, le président Macky Sall pourrait sortir vainqueur des élections locales dans la plupart des 571 collectivités locales du Sénégal. Et toujours selon les sources , les difficultés de l’APR et de la coalition Benno Bokk Yakaar se situent uniquement au niveau de Dakar.

L’APR et la coalition au pouvoir seront en ballotage ou battus dans les 19 communes d’arrondissement de Dakar, les 16 communes d’arrondissement de Pikine, les 05 communes d’arrondissement de Guédiawaye, et les 03 communes d’arrondissement de Rufisque. En résumé le président Macky risque encore de perdre la capitale Dakar et cette fois-ci la région de Dakar même si des poches de résistance vont essayer d’équilibrer en vain la balance.

Les perdants seront nombreux à Dakar par exemple Aliou Sall et Abdoulaye Thimbo vont ramasser des cacahuètes tandis que Aïda Sow Diawara pourra conserver Golf Sud. La commune du Plateau restera dans la mouvance Benno avec le socialiste Alioune Ndoye renforcé par l’Apériste Yakham Mbaye.

Mais dans les régions, la mouvance présidentielle gardera ses acquis avec l’indétrônable Idrissa Seck à Thiès. Moustapha Diop et Aminata Mbengue Ndiaye règneront à Louga, Oumar Sarr sera imbattable à Dagana. Mary Teuw Niane et Mansour Faye vont faire une razzia à Saint-Louis avec l’aide de l’ex libéral Ameth Fall Braya. Aïssata Tall et Racine Sy conserveront Podor dans la mouvance présidentielle.

A Ziguinchor, Abdoulaye Baldé de la mouvance présidentielle passera le témoin à Ousmane Sonko de Pastef. Mais Bibi Baldé, Mame Boye et Fabouly Gaye seront les maîtres de Kolda. La situation reste incertaine à Sédhiou avec le maire Abdoulaye Diop. Bignona sera toujours Benno avec Mamadou Lamine Kéita, Abdoulaye Badji et Aminata Assome Diatta. Moustapha Guirassy reprendra Kédougou aux mains de Mamadou Cissé de Benno. La coalition Benno conservera aussi le Sénégal oriental.

Le Bénin passe au révélateur

Episode 3 : Le social

Le social a constitué l’un des principaux points de discorde entre l’opposition et le régime au pouvoir au Bénin. Et pourtant, sans être la principale cible des investissements du programme d’action gouvernemental, ce volet n’a pas été négligé. Il faut, pour commencer, comprendre que toutes les actions ont un impact social. C’est par exemple le cas pour les entreprises. La création d’une entreprise a un impact social direct qui est la création d’emplois directs et indirects. Sachant que les autorités béninoises ont facilité la création d’entreprise, on peut en déduire qu’elles ont également facilité la création d’emplois. 

Par ailleurs, le président Patrice Talon a réalisé des investissements conséquents dans le secteur social. Il suffit, pour s’en rendre compte, de se documenter sur le programme « Assurance pour le Renforcement du Capital Humain » (ARCH) qui vise à accorder une assurance maladie universelle à la population mais également à fournir un mécanisme d’épargne-retraite pour les travailleurs du secteur informel. En pleine mise en place, cette initiative est inédite dans la grande majorité des pays du continent africain et place le Bénin sur le même pied d’égalité que de nombreuses nations occidentales en matière de participation de l’administration au bien-être social. il faut parler des personnes qui profitent aujourd’hui déjà de ARCH. Actuellement, environ 200 000 personnes se trouvant en dessous du seuil de pauvreté bénéficient, grâce à cette initiative, de soins de santé gratuits, avec leur CNI biométrique.

D’un autre côté, grâce à un plan d’action bien structuré, les autorités ont réalisé des investissements importants dans le secteur de la santé. Pour garantir l’accès aux soins de santé sous les mesures d’exemption de paiement de soins et de protection sociale des populations vulnérables, le Gouvernement a investi plus de 43 milliards FCFA entre 2016 et 2020. De plus, environ 115 milliards FCFA ont été consacrés à la construction d’un centre hospitalier universitaire à Abomey-Calavi. Avec une capacité de plus de 436 lits, il devrait constituer par sa taille (47 000m2) le premier établissement public de santé du Bénin et permettra de renforcer la capacité de soins du pays.

Il faut également souligner les programmes de microcrédit mis en place par les autorités pour financer les différents projets d’entreprises des femmes béninoises. Ce programme couplé à d’autres stratégies de renforcement du filet de protection social, a permis de faire reculer le taux de pauvreté qui est passé de 40,1% en 2015 à 38,2% en 2020 selon la Banque mondiale.  

 Enfin, le projet de construction de logements sociaux à Ouèdo, est l’un des principaux symboles des aspirations du gouvernement sur le plan social. Le projet prévoit la construction de 20 000 logements sociaux dans la commune d’Abomey-Calavi. Proche d’être livré, il a été visité par une mission de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badea) dont la délégation s’est montré dithyrambique envers le projet.