Assainissement réussi du paysage politique béninois

Assainissement réussi du paysage politique béninois

La preuve de l’expertise chirurgicale de Talon qui assaini le paysage politique national

Alors qu’il prenait le pouvoir en 2016, le paysage politique national était caractérisé par l’existence d’une kyrielle de partis politiques. Plus de 250. Un multipartisme intégral qui littéralement   encourageait malheureusement la multiplication des clubs électoraux, l’affairisme politique et le désordre électoral et l’argent roi. Pour mettre fin à ce multipartisme sauvage, indécent et qui nuit au développement du pays, le président Patrice Talon a pris sur lui, conformément à son programme d’actions de gouvernement, de mettre en oeuvre la réforme du système partisan. Cinq ans après la mise en oeuvre courageuse de cette réforme qui aura déchaîné toutes les passions et susciter moult controverses et oppositions, les fruits ont nettement tenus la promesse des fleurs. La preuve toute simple en est que les clubs d’amis politiques aux intérêts concentriques ont laissé place à de grands ensembles politiques qui aujourd’hui permettent une meilleure situation  des partis sur l’échiquier politique national. Mieux, la disparition des partis politiques à caractère régionaliste à la faveur de la mise en oeuvre de cette réforme du système partisan contribue aujourd’hui à renforcer l’unité nationale et l’esprit-nation. Et ça on peut en être fiers.

Dans un autre registre, il faut souligner sans équivoque que loin de s’enfermer dans un système de pensée unique, en bon démocrate, le Président Patrice Talon, a ouvert le jeu politique en renforçant les capacités d’actions et d’autonomie financière de l’opposition à travers l’actualisation de la charte de l’opposition. Une démarche assez  responsable qui permet aujourd’hui à l’opposition de mieux s’affirmer en toute liberté et dans les règles définies par la loi sans y être inquiétée. À cela s’ajoute la mise en place d’un nouveau code électoral qui donne un accès libre à tous les partis politiques légalement constitués, sans exclusive, de participer à toutes les joutes électorales. 

Des réformes toutes aussi courageuses que pertinentes qui aujourd’hui ont contribué à renforcer les acquis démocratiques et donner une nouvelle vitalité aux partis politiques de l’opposition comme de la mouvance. Face à cette évidence, on se demande pourquoi on semble accuser le régime Talon de dictature. Selon toute vraissembance, il ne s’agit que de pure affabulations de personnes en manque d’inspiration qui, voulant tuer leur chien (ou ce qu’il croient à tort être leur chien), l’accuse tout simplement de rage. sinon, l’évidence s’impose à tous. Patrice Talon est un fin démocrate qui s’est évertué au cours de son premier quinquennat à renforcer les fondamentaux de la démocratie béninoise. Et visiblement, tout amène à dire que son deuxième quinquennat qu’il vient de briguer avec brio s’annonce très radieux car aujourd’hui plus qu’hier la démocratie béninoise se portera encore mieux. En toute responsabilité.

Jean Kpingla

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *